En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Consultez notre "Politique cookies" pour plus de détails
Nouveau -10% code NVCL10 sans min, non cumul. Famille nbreuse -10% permanent > en savoir + | -30% sur LOVE&GREEN et -20% sur TIDOO CARE
Accueil > Nos conseils > Le guide de l'allaitement

Le guide de l'allaitement

Allaiter son enfant est, par définition, le mode d’alimentation le plus naturel qui soit. Aujourd’hui, 60% des Françaises optent pour l’allaitement. Certaines pour une petite période, d’autres sur du long terme !


Pourquoi allaiter ?


Le lait maternel est complètement adapté au bébé, à savoir qu’il évolue au cours des mois pour correspondre exactement aux besoins du tout-petit ! De colostrum au début (liquide très épais concentré en anticorps), il se transforme au bout de quelques jours en « vrai lait ». Il contient des protides, lipides, glucides, vitamines, sels minéraux, vitamines et enzymes, le tout étant adapté au système digestif du nouveau-né et réparti de façon équilibrée. Il apporte des anticorps qui aideront à développer les défenses immunitaires, et il favorise la croissance optimum du cerveau et du corps du bébé. En règle générale, un enfant allaité exclusivement est plus résistant qu’un enfant nourri aux préparations lactées.

Outre l’aspect « nutritionnel », le lien étroit imposé par l’allaitement répond à un besoin viscéral de contact entre un bébé et sa mère.  Les études menées sur les avantages de l’allaitement illustrent bien cet argument : en plus des bénéfices en matière d’immunité, ont été constatés des effets positifs sur le stress. Car un bébé se nourrit tout autant du lait de sa mère que de sa chaleur, ses bras, son odeur : suite aux 9 mois passés dans son ventre, il peut y trouver réconfort et protection! Les battements de cœur, la voix et les caresses contribuent à créer un lien d’attachement extrêmement fort, une véritable bulle de tendresse. 

Les avantages de l’allaitement

Pour le bébé

  • En allaitant, la mère transmet ses propres anticorps à l’enfant : les IgA (Immunoglobulines A), dont est particulièrement chargé le colostrum. Ces éléments rendent la muqueuse de l’intestin du bébé moins perméable aux agents infectieux. Les bébés nourris exclusivement au sein au moins 4 mois ont dix fois moins de chances d’être hospitalisés pendant la première année que les bébés nourris au biberon, cinq fois moins de risque d’être touchés par des gastro-entérites à rotavirus et subissent trois fois moins d’affections diarrhéiques.
  • Il protège des affections : diarrhées, otites, rhino-pharyngites, maladies infantiles, bronchiolites, angines et laryngites.
  • Une protection à long terme contre les allergies alimentaires et non alimentaires : plus l’allaitement est long, plus le risque d’allergie chute chez l’enfant. D’après une étude finlandaise, seulement 8 % des adolescents ayant connu un allaitement de plus de six mois souffraient d’allergies, contre 23 % de ceux allaités entre 1 et 6 mois et 54 % de ceux non allaités ou seulement moins d’un mois. C’est grâce à l’action du lait maternel, qui protège la barrière intestinale et inhibe l’absorption des antigènes alimentaires.
  • Il satisfait les besoins de succion de bébé. La tétée au sein est un besoin affectif autant que nutritif : certaines tétées sont des « tétées-câlins », bien plus que des repas ! La tétée est un extraordinaire calmant.
  • Il permet une bonne position des mâchoires. La tétée améliore le développement des muscles buccaux et des os de la face du bébé et diminue ainsi le futur besoin d’appareil dentaire. 

Pour la maman

  • Donner le sein provoque la production d’endorphine, l’hormone du bien-être, d’où un effet naturellement antidépresseur.
  • La tétée précoce et les contractions utérines qu’elle provoque diminuent les risques d’hémorragie et aident l’utérus à reprendre plus vite sa taille, sa forme et sa tonicité. L’allaitement entraîne chez ces femmes un « déstockage » des kilos pris durant la grossesse et destinés en partie à assurer… l’allaitement !
  •  Sur le plan matériel : pas de biberons à préparer, un lait toujours frais, stérile (même lorsque la mère souffre d’une maladie virale), à la bonne température et au bon dosage. Il est disponible sur-le-champ, partout et n’importe quand : en promenade, dans un bouchon en voiture… Même pas la peine d’être présente en permanence : on peut utiliser un tire-lait!
  • En pleine nuit, lorsque bébé réclame le sein, le papa peut aller le chercher et le poser sur le sein de la maman, qui ainsi n’aura pas à se lever, et pourra se rendormir ensuite… 

Comment s’y prendre les premiers temps?


Allaiter est un apprentissage qui comporte ses défis. Heureusement, durant les deux heures qui suivent sa naissance, bébé possède une sorte de réflexe qui lui permet de trouver le sein et de téter vigoureusement. Il faut simplement attendre un peu (en évitant pour cela la mise en couveuse immédiate du nouveau-né), et garder bébé contre sa peau. Cette mise au sein précoce favorise la montée du lait (la tétée générant la lactation) ; bébé absorbe ce premier « lait », le colostrum, épais et jaune, plein de vitamines et d’anticorps. Lors des premiers jours, il est préférable que bébé soit toujours à côté de sa maman. Les éloigner ne va pas aider la mère à mieux récupérer de l’accouchement, et cela risque de nuire au démarrage de l’allaitement. Il est préférable d’éviter les tétines artificielles dans un premier temps, afin de ne pas induire bébé en erreur : le débit du lait au sein est différent que le débit du biberon et la position de la bouche est complètement différente. 

La fréquence des tétées

La durée de la tétée dépend de la qualité de la succion et du réflexe d’éjection de la mère. Les premiers jours, il n’y a pas de fréquence idéale pour les tétées, l’allaitement à la demande reste le meilleur moyen de répondre aux besoins du nourrisson.  Les deux premiers jours sont généralement assez désordonnés en raison du «choc» de la naissance. Lorsque la montée laiteuse se fait, les tétées prennent un rythme d’environ 8 à 12 fois par 24 heures avec des périodes où elles sont très, très, très rapprochées qui alternent avec de plus longs espacements. Le lait maternel se digère en un laps de temps compris entre 20 min et deux heures. 

De la naissance jusqu’à 5 ou 6 jours, l’estomac de bébé ne pouvant contenir que 5-7 ml de lait à la fois, les tétées vont être très fréquentes. La mère produit environ 30-100 ml de colostrum par 24 heures. Il est donc parfaitement normal au point de vue physiologique que le bébé boive de petites quantités à des intervalles rapprochés.

À partir de l’âge de 5 ou 6 jours, les seins de la mère produisent entre 800-1200 ml de lait par 24 heures. Ces quantités restent les mêmes pour sensiblement toute la période d’allaitement. C’est la composition du lait qui change pour s’adapter aux besoins du bébé qui grandit. Les tétées peuvent s’espacer à mesure que les mois avancent, mais pas nécessairement. Les premières semaines, proposez des tétées à la demande. Offrez le premier sein et laissez bébé le lâcher de lui-même.  Après avoir fait un rot/changé la couche, vous pouvez offrir le deuxième sein qu’il prendra ou non.  S’il ne le prend pas, c’est qu’un sein suffit. Si vous sentez une tension, vous pouvez extraire juste assez de lait pour soulager l’inconfort. Vous offrirez ce sein en premier à la prochaine tétée.

Une tétée ne doit pas durer des heures ni être douloureuse ! Si c’est le cas, c’est généralement que bébé prend mal le sein et ne reçoit pas tout le lait disponible. Vérifiez ou faites vérifier la position de bébé et de sa langue. Pour savoir si bébé boit assez, on surveille ses couches : si il mouille entre 5 et 6 couches par jour et qu’il fait entre 2 et 5 selles par jour c’est qu’il reçoit suffisamment de lait. Avant 6 jours, on compte une urine par jour de vie. Après 6 semaines, les selles peuvent diminuer en fréquence.

Les poussées de croissance

A certaines périodes (vers 7-10 jours, 3 semaines, 6 semaines, 3 mois et 6 mois), bébé semble téter plus que d’habitude : d’un seul coup, il se met à téter toutes les 2 heures, ou bien plus souvent (surtout le soir), et ne semble jamais satisfait ! A mesure que ses besoins augmentent, ces « poussées de croissance » sont une façon naturelle d’augmenter la production de lait. Ceci peut durer 2 à 3 jours, et ne signifie aucunement que la production de lait maternel est insuffisante, bien au contraire. La solution n’est pas de supplémenter bébé, mais de le mettre au sein plus souvent : plus il boit, plus la mère fabrique du lait.

Dans tous les cas, il est préférable de ne pas chercher à modifier ce processus : si l’on introduit autre chose, un biberon ou une tétine, ou que l’on impose un autre rythme de tétées, cela pourrait perturber le système, et la lactation pourrait mal s’adapter aux besoins de bébé. En 2-3 jours, en mettant son bébé très souvent au sein, et en donnant les 2 seins au moins une fois chacun à chaque tétée, le lait sera abondant ! Les tétées étant très rapprochées, les seins sont drainés en permanence, et peuvent laisser penser que la production de lait est insuffisante. Il n’en est rien : ce nouveau rythme permet d’ajuster rapidement l’offre à la nouvelle demande. Plus les seins sont « vidés », correctement et souvent, plus ils produiront. Il faut simplement suivre son bébé, donner le sein sans restriction pendant 2-3 jours, quitte à rester allongée avec bébé contre soi la majeure partie de la journée (et en profiter pour se reposer !). Bébé ralentira le rythme quand la production se sera adaptée.

La montée de lait

Elle a lieu dans les deux ou trois jours qui suivent la naissance. Les seins gonflent, deviennent durs et sensibles. Juste avant la tétée, on peut prendre une douche chaude en massant délicatement les seins pour aider à les drainer un peu et à assouplir le mamelon qui sera plus facile à attraper pour le bébé. Entre les tétées, l’application de froid que ce soit sous forme de glace ou de gant de toilette aidera à faire diminuer l’œdème qui provoque la douleur.  

Donner le sein aussi souvent que nécessaire favorise un bon drainage du sein, évite l’engorgement et permet à bébé de « trouver » ses marques. Les glandes mammaires produiront d’abord le colostrum. La production de colostrum cesse au bout de 3 à 5 jours après la naissance ; commence alors la montée de lait. Mais il faut souvent compter 10 à 15 jours pour que la lactation soit bien établie.

Pour favoriser la montée de lait il existe des tisanes à base de fenouil, fenugrec, anis ou cumin noir.

Bien placer bébé

Position assise

La maman :
  • Les épaules sont à la même hauteur, les coudes bien calés sur un coussin ou un accoudoir
  • Bien caler la tête de bébé sur son avant-bras pour ne pas fatiguer les muscles de son cou   

Bébé :
  • Son corps doit être tourné vers maman, sa tête vers le sein
  • La langue est collée en coupe (forme de U) sous le mamelon et par-dessus la gencive, ses lèvres sont retroussées sur le sein

Position couchée

La maman :
  • Allongée, un oreiller sous la tête, détendue
  • Elle approche bien bébé contre elle de façon à ne pas pousser la poitrine en avant d’un geste qui tirerait sur le dos

Bébé :
  • La tête mais aussi le corps de bébé doivent se trouver face à maman
  • Caler ses fesses et lui mettre éventuellement un coussin dans le dos

Quelques repères de succion corrects :
  • Les joues de bébé ne se creusent pas lorsqu’il aspire.
  • Il y a un mouvement à la jonction de ses oreilles et de sa mâchoire pendant la succion.
  • La déglutition du lait est plus ou moins audible.
  • Outre la douleur occasionnée, une mauvaise position de bébé peut provoquer un risque d’engorgement. Lorsque le mamelon n’est pas entièrement dans la bouche de bébé, il ne peut pas téter efficacement.

Allaiter bébé... au biberon!


Il n’est pas nécessaire de donner le sein pour faire profiter son bébé du lait maternel ! Le fait de donner votre propre lait au biberon s’appelle toujours l’allaitement complet. Passé le premier mois, vous pouvez même alterner, sans risque que bébé ne retrouve pas votre sein avec gourmandise. Et puis le papa sera très content de donner un biberon pour créer du lien avec son bébé avec toujours autant de bienfaits du lait maternel dans un biberon.

L’alimentation de la maman


L’allaitement induit une dépense supplémentaire d’environ 500 calories par jour pour la mère. Globalement, on peut dire que l’alimentation de la maman allaitante est la même que celle de la femme enceinte. L’attention doit être portée sur les acides gras de qualité, le calcium, le fer, les protéines, les vitamines, et c’est en cela que doit être privilégiée la densité nutritionnelle plutôt que la densité calorique : choisir des aliments riches en nutriments, micronutriments et de bonne qualité plutôt que des aliments riches en calories vides.

Bien évidemment, les toxiques passant dans le lait maternel, l’alcool et la cigarette auraient intérêts à être évités. Quand aux médicaments, ceux-ci sont en grande majorité disponibles en version compatible. Veillez à informer votre médecin que vous allaitez  lorsque vous le consultez pour un problème de santé.
Recevez notre newsletter: Bons plans, actus et conseils !

Que vous soyez écolo, zéro déchets, vegan ou simplement novice, Brindilles accompagne tous les éco-sensibles qui recherchent du sens dans leur consommation.

Depuis presque 10 ans, entre vous et Brindilles, c’est une histoire de confiance.
Nous sélectionnons des fournisseurs engagés et respectueux de nos valeurs.  Nous validons les certifications, la transparence des provenances, l’histoire de la marque, l’éthique des produits que nous vous proposons.

Brindilles.fr, c'est plus de 12 000 produits alternatifs plus sains pour vous, vos enfants et l'environnement.
Des objets du quotidien fonctionnels et esthétiques pour un habitat green, de l’alimentation bio et des produits écologiques certifiés pour une consommation responsable.
Une question sur un produit ? Parlons-en !


Ce que nos clients pensent de nous



Les plus de Brindilles



Paiement en ligne
100% sécurisé

Livraison offerte

Satisfait ou
remboursé

Service client
à votre écoute

Chèques cadeaux
plaisir d'offrir

Fidélité
récompensée

Service
emballage

Moyen de paiement

Pour nous suivre...

Modes de livraison