Tout savoir sur les couches jetables

guide couches jetables bébé

 

Tout savoir sur les couches jetables

Toutes les marques de couches jetables que Brindilles vous propose ont été choisies sur la base de leur composition, des rapports de tests, des certificats, de leur performance mais aussi de leur démarche et de leurs valeurs éthiques. Pas facile de faire son choix ! Nous allons donc vous aider à y voir plus clair et à décrypter la composition des couches jetables.

Couches jetables : à quoi faut-il être vigilant ?

Certains composants, mentionnés ou non sur le packaging, doivent attirer votre attention :
  • Le plastique non biodégradable issu du pétrole
  • La lotion ou les parfums synthétiques ajoutés au voile absorbant qui sont potentiellement allergisants
  • Les produits chimiques et les composés organiques volatiles nocifs – non mentionnés par les fabricants car aucune législation ne les contraint à le faire
  • La possible présence de traces de pesticides pour les produits issus de l’agriculture non bio
  • Le blanchiment au chlore qui produit des émanations de produits toxiques pour bébé et l’environnement
  • La quantité de polyacrylate de sodium (ou SAP), un super-absorbant qui garantit l'effet « fesses au sec », d’origine synthétique et non biodégradable
  • La présence de latex dans les élastiques, un allergène potentiel
  • La mention que le produit a bien été testé dermatologiquement, ce qui n'est pas toujours le cas pour les couches traditionnelles!

Zoom sur le SAP :

le « SAP » ou polyacrylate de sodium est une substance synthétique qui se présente sous forme de petits grains. Ces grains gonflent au contact de l’humidité et ont pour but d’absorber l’urine de bébé. C’est lorsqu’il y a un trop plein d’humidité que le SAP risque d’être libéré de la couche. Vous pouvez faire le test à la maison en plongeant une couche jetable dans de l’eau : avec ce surplus d’humidité, le SAP sortira sous forme de petites billes.
Le SAP n’est pas en contact avec la peau de bébé car il est enfermé dans de la cellulose (d’origine naturelle dans les couches écologiques). De plus, si bébé est changé régulièrement, il n’y a pas de risque que sa peau entre en contact avec cet absorbant. Le SAP n’a pour l’instant pas d’alternative naturelle, ni pour les couches classiques, ni pour les couches écologiques. La seule couche garantie 0% SAP est la couche lavable. Il est à noter que les couches jetables écologiques contiennent moins de SAP (6 à 13g) que les couches jetables classiques (20g et +) car il est associé à de l’amidon de blé ou du coton et les billes de SAP sont recouvertes de cellulose dans un souci d’isoler au maximum les fesses de bébé de ce polymère. Ceci explique pourquoi la plupart des couches jetables écologiques sont souvent plus épaisses que les couches traditionnelles.

Zoom sur le blanchiment au chlore :

La cellulose naturelle est de couleur brune; dans un souci esthétique, elle est blanchie de façon plus ou moins naturelle. Un blanchiment au chlore n’est pas naturel puisque des dioxines peuvent entrer plus tard en contact avec la peau de bébé. La mention TCF garantie l’absence totale de blanchiment au chlore, ou dérivés chlorés (comme l’ECF, moins nocif que le chlore élémentaire), le blanchiment est réalisé à partir de combinaisons oxygénées.

Zoom sur le voile intérieur:

Directement en contact avec la peau de bébé, le voile intérieur se doit d'être sain pour bébé. C'est lui qui isole les fesses de bébé du SAP. Le voile intérieur, également appelé "voile de surface", se compose du voile de contact et du voile de distribution. Le premier protège la peau de bébé de l'urine contenue dans le matelas absorbant et le second se retrouve en dessous, pour amener l'urine vers le matelas absorbant. Ce voile est non tissé et généralement produit à partir de polypropylène. Dans les couches écologiques il peut également être composé de matériaux agro-sourcés (canne à sucre ou maïs).

Pourquoi préférer les couches jetables écologiques ?

  • Les couches écologiques subissent des contrôles plus stricts
  • Elles contiennent moins de SAP que les couches classiques
  • Elles sont sans agents conservateurs, lotions ou parfums nocifs
  • Elles sont principalement composées d’ouate de cellulose biodégradable (blanchie en partie ou non à l’oxygène et non au chlore)
  • Plus respectueuses de l’environnement, elle se dégradent plus facilement
  • Elles sont plus écologiques que les couches jetables classiques

Actuellement, il n’existe aucun modèle de couche jetable 100% naturelle, biologique et biodégradable, avec 0% de matériau de synthèse ou 0% d’impact sur l’environnement. Les couches jetables écologiques contiennent plus de matières premières renouvelables (40 à 60% contre 15-35% pour les couches classiques), moins de substances nocives et moins de matières plastiques que les couches classiques qui peuvent en contenir entre 65 et 85%. Les fabricants de couches écologiques font de leur mieux pour proposer régulièrement de nouveaux modèles avec un minimum de matériaux et ingrédients synthétiques. Ils font plus de contrôles et mettent en place des procédés de fabrication plus stricts que ne l’impose le cadre légal.

Pour s’y retrouver, on fait confiance aux logos :

produit certifié Nordic Swan, fabrication plus « green » : limitation de la consommation d’énergie et de déchets, utilisation de matières premières saines et respectueuses, non utilisation de PVC ni lotion.
cellulose issue d'exploitation forestières durable.
totalement sans chlore

sans chlore élémentaire

 

 

produit au contenu biosourcé et composé de matières renouvelables (certification fournie par l’institut indépendant Vincotte)

produit élu meilleur produit éco par un jury de 100 consommateurs





La gamme de couches écologiques proposées sur Brindilles

>> Pour en savoir plus sur les couches lavables, retrouvez notre guide de la couche lavable de A à Z.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

La Newsletter Brindilles

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos conseils et nos offres en avant-première ! 

Article précédent Des sulfates et parabènes dans nos shampoings ?
Article suivant Petits looks d'automne éthiques et responsables